L’émergence des jetons utilitaires

Le monde de la blockchain connaît depuis plusieurs années une explosion des crypto-actifs, tant dans leur nombre que dans leur capitalisation boursière. Alors qu’au départ il n’y avait que le bitcoin, il existe aujourd’hui 2202 crypto-actifs différents d’après le site Coinmarketcap.com. Ce nombre a en particulier fortement augmenté au cours du dernier cycle haussier entre 2015 et 2018.

 

Cette étonnante explosion est sans doute liée à l’essor des plateformes de contrats autonomes (smart contract platforms) qui facilitent grandement la création de nouveaux jetons. La plus connue d’entre elles, Ethereum, a notamment contribué à ce mouvement de fond à l’aide du standard ERC-20 permettant de réaliser des levées de fonds décentralisées sous la forme d’ICO (Initial Coin Offerings).

 

Parmi tous ces nouveaux crypto-actifs, on retrouve bien sûr beaucoup de jetons dont la valeur reste à prouver : des clones du bitcoin n’ayant aucun but particulier, des blagues, des arnaques, etc. Mais à côté de cela, on constate une émergence d’un type de jeton bien particulier : les jetons utilitaires ou utility tokens.

Qu’est-ce qu’un jeton utilitaire ?

D’après la typologie proposée par Stanislas de Quénetain, il existe quatre catégories principales de crypto-actifs :

  • Les jetons de monnaie (currency tokens) dont la vocation principale est le transfert de valeur entre leurs utilisateurs. On retrouve dans cette catégorie des cryptomonnaies comme le bitcoin (BTC), le bitcoin cash (BCH) ou le litecoin (LTC).
  • Les jetons de plateforme (platform tokens) dont la vocation primordiale est de faire fonctionner une plateforme de contrats autonomes par ses échanges et donc de garantir la sécurité des applications décentralisées (dApps) déployées sur la plateforme. Parmi ces jetons, on peut citer l’éther (ETH) qui est derrière Ethereum, le lisk (LSK) qui soutient la plateforme du même nom, ou encore le tez (XTZ) qui fait marcher Tezos.
  • Les jetons de titres financiers (security tokens) dont l’objectif premier est de représenter un actif quelconque, comme une maison ou une action en bourse. Ce type de jeton n’est pour l’instant pas très développé mais cela pourrait bien changer dans un futur proche.
  • Les jetons utilitaires (utility tokens), aussi appelés jetons d’application (application tokens), qui sont principalement liés à des usages spécifiques.

Un jeton utilitaire est un jeton associé à un service particulier : l’utilisateur devra se servir de ce jeton pour bénéficier du service. Le plus souvent, cela se passe dans le cadre d’une application décentralisée qui requiert l’usage du jeton d’une façon ou d’une autre. Par exemple, il existe des jetons dont le rôle est de permettre à l’utilisateur de louer de la puissance de calcul ou de l’espace de stockage à d’autres utilisateurs en ligne.

 

Notez que les jetons utilitaires peuvent être « natifs », c’est-à-dire être le jeton central qui intervient dans la méthode de consensus de la Blcokchain, ou « non-natifs », c’est-à-dire évoluer sur une Blockchain tierce comme celle d’Ethereum et profiter de sa sécurité. Sur Coinmarketcap, cette distinction est réalisée en catégorisant les jetons natifs comme « coins », et les jetons non-natifs comme « tokens ».

 

Ces jetons utilitaires sont liés à des applications très variées et il serait impossible d’en donner une liste exhaustive. On s’intéressera ici à trois d’entre eux : le Binance Coin, le Basic Attention Token et le Steem.

 

Le Binance Coin (BNB)

Le Binance Coin est le jeton créé par la plateforme d’échange Binance en juillet 2017 au terme d’une ICO sur la chaîne de bloc d’Ethereum. Il suit le standard ERC-20.

Actuellement, Binance utilise ce jeton pour offrir des réductions sur les frais d’échange au sein de sa plateforme de trading. Si vous utilisez le BNB pour payer les frais d’un échange, ceux-ci seront réduits de 25 %. Chaque année en juillet, cette réduction est divisée par deux (12.5 % en juillet 2019, 6.25 % en juillet 2020) et sera annulée à partir de juillet 2021.

 

Le jeton permet également de multiplier par deux les commissions de parrainage. Tous les détenteurs de 500 BNB et plus touchent 40 % des frais d’échange de leurs filleuls, au lieu de 20 % normalement.

 

Au delà de ces avantages, le jeton BNB permettra à terme de faire fonctionner la plateforme d’échange décentralisée de Binance qui est aujourd’hui en développement. Cette plateforme existe d’ailleurs déjà sous la forme d’un testnet qui est accessible depuis le 20 février 2019 et la transition est en cours. Le Binance Coin servira à payer les frais sur cette plateforme et permettra sans doute de bénéficier d’autres avantages.

Le Basic Attention Token (BAT)

Le Basic Attention Token est un jeton qui a pour objectif de révolutionner le modèle actuel de la publicité en ligne. Il a été créé par une équipe incluant Brendan Eich, le créateur de Javascript et le co-fondateur de Mozilla, la fondation derrière le navigateur web Firefox. Tout comme le Binance Coin, sa répartition actuelle fait suite à une ICO qui a rapporté 35 millions de dollars à l’équipe en charge du projet. Il s’agit d’un jeton ERC-20 évoluant sur la chaîne de blocs d’Ethereum.

 

Le Basic Attention Token compte remédier à la situation actuelle de la publicité sur Internet qui serait moyennement efficace : les annonceurs paieraient de fortes sommes pour que leurs publicités ne soient pas vues (à cause de leur nombre trop élevé et des bloqueurs de publicité) ou ne soient pas vues par les bonnes personnes (mauvais ciblage).

 

Le Basic Attention Token intervient pour cela de manière simple :

  • Un annonceur paie des BAT pour que sa publicité soit vue.
  • L’éditeur du site web touche une commission en BAT pour diffuser la publicité.
  • L’utilisateur est récompensé en BAT pour visionner la publicité.

Actuellement, le Basic Attention Token est géré par le navigateur Brave qui est un navigateur qui bloque les publicités et les trackers pour garantir une meilleure expérience à l’utilisateur. Le système de publicité n’est pas encore complètement intégré, mais on peut déjà effectuer des dons réguliers aux sites visités.

Point négatif : s’il devait s’agir initialement d’une application décentralisée, son fonctionnement reste pour l’instant semi-centralisé et l’accès à la plateforme est limité par les procédures de KYC/AML.

Le Steem (STEEM)

Le Steem est le jeton plus atypique des trois jetons présentés ici, puisqu’il évolue sur sa propre chaîne de blocs. Créée en 2016, la plateforme Steem (de l’anglais esteem, estime) est une plateforme de blogging qui récompense les utilisateurs qui publient du contenu. Tous les articles sont écrits sur la chaîne et la rémunération se fait grâce à la création monétaire du Steem. Contrairement à Bitcoin où 100 % de la création monétaire va aux mineurs, ce sont 75 % de la création de Steems qui sont reversés aux auteurs qui écrivent les articles et aux curateurs qui votent pour ces articles.

L’utilité du Steem est qu’il permet d’influencer la plateforme. En mettant du Steem sous séquestre en le transformant en Steem Power, l’utilisateur augmente sa puissance de vote. Plus un curateur aura de Steem Power, plus son vote pour un article fera gagner d’argent à l’auteur et augmentera la visibilité de l’article.

Outre la rémunération de ses utilisateurs, Steem offre un espace de publication décentralisé permettant de contourner la censure des géants du web comme Facebook. Puisque les contenus sont publiés directement sur la chaîne de blocs, la suppression de ces contenus devient bien plus difficile à mettre en place.

La plateforme a l’avantage d’être gratuite d’usage et on peut y accéder grâce à des sites web qui font l’interface entre la chaîne de blocs et l’utilisateur. Le site principal Steemit attire la plupart des gens, mais il existe des alternatives comme Busy ou Steempeak qui garatissent un accès distribué au commun des mortels.

Conclusion

L’émergence des jetons utilitaires rentre dans un mouvement général de diversification de l’écosystème des cryptomonnaies. Ces jetons ont la caractéristique d’avoir une utilité dans une tâche très spécifique et peuvent, par conséquent, posséder des rôles très variés : le Binance Coin fournit une réduction sur les frais de transation et fera à terme fonctionner une plateforme d’échange décentralisée, le Basic Attention Token a pour objectif de sous-tendre un nouveau système de publicité en ligne, et le Steem sert à avoir de l’influence sur la plateforme de blogging du même nom.

 

Si l’on peut être sceptique sur certains de ces modèles, il s’agit là d’une innovation dans le cadre de la levée de fonds. En effet, grâce à leurs ICO, des projets comme la plateforme de Binance et le navigateur Brave peuvent être financés par les spéculateurs pariant sur l’usage futur du jeton utilitaire. Seul l’avenir nous dira si ces investisseurs ont eu raison.

Restez informé !

Abonnez-vous pour recevoir du contenu exclusif